What is a Painkiller?

Analgesic, commonly known as Pain killers, is one of the oldest forms of medication recorded in history. Historians report that the Sumerians in Mesopotamia were among the first people to have cultivated the poppy plant, an opioid, around 3400 BC. These painkillers belong to a group of médicaments used to treat a variety of pains and other symptoms such as fever and inflammation.

Il existe différents types d'analgésiques, chacun étant prescrit pour certains cas et fonctionnant chacun d'une certaine manière. Les 3 types d'analgésiques sont:

  1. Analgésiques non opioïdes, tels que le paracétamol
  2. Analgésiques opioïdes - tels que la codéine
  3. Anti-inflammatoires ou AINS 

Analgésiques non opioïdes tels que le paracétamol sont censés fonctionner en bloquant les messagers chimiques qui déclenchent des réactions douloureuses. Le paracétamol réduit également la fièvre en modifiant les messagers chimiques dans une zone du cerveau responsable de la température corporelle.

Analgésiques opioïdes including Morphine, codeine, oxycodone, hydrocodone, dihydromorphine, pethidine, and work by attaching to proteins called opioid receptors on nerve cells in the brain, spinal cord, gut, and other parts of the body. This blocks pain messages, reducing pain sensations and increasing pain tolerance.

Anti-inflammatoires ou AINS such as aspirin, ibuprofen and naproxen, work by inhibiting an enzyme called cyclooxygenase (or COX) which decreases the prostaglandins, hormones responsible for processes such as inflammation, blood flow, the formation of blood clots, and the induction of labor. By doing so, they relieve fever and reduce inflammations and associated pain.

 

Can one develop Painkiller Addiction?

These drugs vary in effect and are prescribed for different situations depending on the intensity of pain, general health, and consideration for side effects. In cases of low and short-term pains, Non-opioid painkillers are normally prescribed. In cases of pain accompanied by some sort of inflammation, NSAIDs are generally prescribed. NSAIDs are often prescribed to relieve symptoms of headaches, periods, muscle injuries such as strains, colds and flu, arthritis, and other causes of long-term pain. When these two drugs do not relieve pain, weak opioids such as codeine are prescribed. These drugs are generally riskier and should be prescrit with the lowest suitable doses and for short periods. In cases of broken bones and surgeries, stronger opioids such as morphine are used.

Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et les analgésiques non opioïdes sont vendus en vente libre (OTC). Cela signifie que vous pouvez les acheter sans ordonnance de votre médecin. Ils sont généralement sûrs à utiliser sans risque d'abus. Les opioïdes, quant à eux, sont classés entre l'annexe I et l'annexe V, selon qu'ils sont approuvés pour un usage médical, leur risque de mauvaise utilisation et leur potentiel de dépendance. Les opioïdes approuvés nécessitent une ordonnance. En effet, les opioïdes ont beaucoup plus d'effets indésirables que les AINS.

Non-opioid medications are generally safe and have few side effects. Nonetheless, medicines like paracetamol can cause damage to the liver when taken excessively.

Le paracétamol est un médicament très courant que l'on trouve souvent comme ingrédient secondaire dans plusieurs médicaments. Il est difficile d'ajuster et de suivre l'apport en paracétamol. Lorsqu'il est pris fréquemment sur une longue période, le paracétamol peut entraîner une intoxication hépatique. Les premiers symptômes comprennent une sensation de fatigue, des douleurs abdominales ou des nausées. Après quelques jours, les symptômes évoluent vers une peau jaunâtre, des problèmes de coagulation sanguine et une confusion due à une insuffisance hépatique. Une surdose de paracétamol peut causer des dommages permanents au foie et nécessite une transplantation hépatique.

Les AINS sont également sûrs lorsqu'ils sont pris avec modération, mais ils provoquent des effets secondaires en cas d'utilisation excessive ou chez les personnes en mauvaise santé et les personnes âgées. L'utilisation d'AINS augmente le risque de gastro-intestinale (GI) problems, kidney disease, and adverse cardiovascular events. Around 10–20% of people taking NSAIDs experience digestion issues.

Les opioïdes sont les plus risqués des trois car ils peuvent avoir des effets secondaires graves à mortels, en particulier lorsqu'ils sont pris avec d'autres médicaments. Les effets secondaires associés à l'utilisation d'opioïdes comprennent: 

  • sédation
  • la nausée
  • vertiges
  • vomissement
  • constipation
  • dépendance physique
  • tolérance
  • dépression respiratoire

These medications also have the potential for abuse, dependency, Retrait, and even overdose. They can cause cognitive and psychological issues and even increase the risk of suicidal behavior.

Les intoxications aux opioïdes entraînent en moyenne 16 hospitalisations par jour au Canada, 11 visites aux urgences par jour en Alberta et 13 visites aux urgences par jour en Ontario. Les décès par surdose liés aux opioïdes sont passés de 21088 en 2010 à 47600 en 2017 et sont restés stables en 2018 avec 46802 décès. Cela a été suivi d'une augmentation significative en 2019 à 49860 décès par surdose.

 

Painkiller Withdrawal and Treatment

Painkillers are intended to relieve pains that humans cannot tolerate. Paradoxically, they sometimes lead to more pain and suffering, especially when misused. People often believe that medications have no side effects. They think that medicine can cause no harm and overlook the warnings and side effects. This is especially true with Non-opioids and NSAIDs which people often in a careless manner. As for opioids, illicit use is seen to be on the rise. The use of medications such as Benzos and Codeine for recreational purposes has increased over the past years making regulations to the rules surrounding analgesics crucial. If you need help with health or medication dependency and recovery, take a look at our site Internet.

 

Les références

Rosenblum, A., Marsch, LA, Joseph, H., et Portenoy, RK (2008). Les opioïdes et le traitement de la douleur chronique: controverses, état actuel et orientations futures. Psychopharmacologie expérimentale et clinique16(5), 405–416. https://doi.org/10.1037/a0013628

Mallinson, Tom (2017). "Un examen du kétorolac en tant qu'analgésique préhospitalier"Journal of Paramedic Practice9 (12): 522-526. est ce que je:10.12968 / jpar.2017.9.12.522. Récupéré le 2 juin 2018

"Acétaminophène". Société américaine des pharmaciens du système de santé. Archivé à partir de l'original sur 05/06/2016.

https://www.nhs.uk/live-well/healthy-body/which-painkiller-to-use/

Lee A, Cooper MG, Craig JC, Knight JF, Keneally JP (avril 2007). «Effets des anti-inflammatoires non stéroïdiens sur la fonction rénale postopératoire chez les adultes ayant une fonction rénale normale»La base de données Cochrane des revues systématiques (2): CD002765. est ce que je:10.1002 / 14651858.CD002765.pub3PMC 6516878PMID 17443518.

Simone Rossi, éd. (2006). Manuel australien des médicaments 2006. Adélaïde: Australian Medicines Handbook Pty Ltd. ISBN 978-0-9757919-2-9.[page nécessaire]

Rostom A, Dube C, Wells G, Tugwell P, Welch V, Jolicoeur E, McGowan J (2002). «Prévention des ulcères gastroduodénaux induits par les AINS». La base de données Cochrane des revues systématiques (4): CD002296. est ce que je:10.1002 / 14651858.CD002296PMID 12519573

https://www.drugabuse.gov/sites/default/files/National%20Drug%20Involved%20Overdose%20Deaths%201999-2019.pptx